Mon père est décédé dans sa 93ème année et j’ai hérité de lui quelques mois plus tard.

J’ai ainsi reçu en héritage un compte qu’il avait constitué à l’étranger, sans que j’y prenne la moindre part et sans même que j’en sois informé.

A titre personnel je n’avais jamais ouvert de compte ni transféré de sommes à l’étranger, je n’avais jamais été payé à l’étranger pour quelque raison que ce soit, et à la mort de mon père, je me suis donc retrouvé l’héritier passif d’une situation qu’il avait créée sans moi et peut-être même avant ma naissance.

Juif né à Varsovie en 1912, immigré en France au début des années 30 et ayant vu par la suite la totalité de sa famille mourir dans les camps, on peut imaginer que mon père a tiré après la seconde Guerre mondiale certaines conclusions personnelles de cette traversée de l’horreur, conclusions qui auraient pu l’amener à concevoir ce compte à l’étranger comme je ne sais quelle assurance contre un possible retour du pire. Mais il ne m’en a jamais parlé et j’ignore donc tout de sa décision d’ouvrir ce compte à l’étranger, compte qui n’existe plus depuis des années et qui n’existait déjà plus au moment où l’administration a contrôlé ma situation fiscale personnelle.