CINEMA

« Ce qu’il y a de terrible avec les salauds, c’est qu’ils vous donnent envie de tuer. » Cette phrase, Francis Girod et moi l’avions mise en exergue du film Terminale.
Terminale
suscita une certaine réprobation. « Vouliez-vous faire l’apologie de l’autodéfense ? » me demandèrent plusieurs spectateurs inquiets. Comme le propos du film était à l’opposé, je me suis dit que le malentendu constituait bien l’essence même de la communication !
Ce film me tenait à cœur. Depuis longtemps, j’avais envie d’écrire un Cercle des poètes disparus, mais inversé : l’histoire d’adolescents confrontés non pas à un prof idéaliste et généreux, mais à un authentique salaud.

Les lycéens de Terminale ne s’y attendaient pas, ils n’avaient rien prévu et ils se retrouvaient devant cette question que la désinvolture de la société aurait préféré qu’ils ne se posent pas : que faire face à l’abjection quand on a dix-sept ans ? Comment aller jusqu’au bout, quand au bout se retrouve parfois le pire qu’on voulait fuir. Qui d’entre eux allait accepter de passer à l’acte ?
Dans un autre film, de Fritz Lang celui-là, un tireur d’élite, pendant quelques secondes, tient Adolf Hitler dans sa ligne de mire. À dix-sept ans, justement, la scène me captivait, et plusieurs fois, par la suite, je me suis demandé sur qui, moi, j’aurais bien pu tirer.
Je n’aimais pas cette question, mais je me la posais, comme les personnages de Terminale, notamment quand j’étais militant à la Gauche prolétarienne et que nos actions devenaient de plus en plus violentes
Je ne l’aurais jamais fait dans la France des années soixante-dix, mais à une autre époque, dans un autre contexte, ne serait-ce que trente ans plus tôt, je n’en doute pas.
Je ne l’aurais évidemment pas regretté, mais j’espère simplement que je n’y aurais trouvé aucune satisfaction.

Passage à l’acte

Affiche_PassageActe1996
Scénario : Francis Girod, Michel Grisolia, Gérard Miller
Réalisation : Francis Girod
D’après le roman « Neutralité malveillante » de Jean-Pierre Gattegno

Avec Daniel Auteuil (Antoine Rivière), Patrick Timsit (Edouard Berg), Anne Parillaud (Isabelle), Michèle Laroque (Florence), Marianne Denicourt (Nathalie)

Antoine Rivière, psychanalyste ambitieux et célèbre, commet un jour deux erreurs. La première est d’accepter Edouard Berg en analyse, la seconde de le garder. Son patient prétend avoir tué sa femme et le psychanalyste ne sait s’il a affaire à un mythomane ou à un meurtrier. De toute facon il est déjà trop tard pour se poser la question et Edouard Berg entraîne tout l’entourage d’Antoine Rivière dans son jeu pervers.

Terminale

Terminale_Affiche1998
Scénario : Francis Girod, Gérard Miller
Réalisation : Francis Girod

Avec Bruno Wolkowitch (Rémi Terrien), Jean-Michel Dupuis (Mayard), Adrienne Pauly (Sarah), Eleonore Gosset, Anna Mouglalis, Loic Corber

Une bande de copains, quatre garçons et trois filles, en classe de terminale dans un lycée parisien, vivent leur adolescence avec gaieté et insouciance, jusqu’au jour où Caroline, la plus fragile du groupe, se suicide en plein cours de philosophie en se précipitant dans le vide.Le reste de la bande s’interroge. Pourquoi s’est-elle tuée ? Pourquoi avoir choisi le cours de Terrien, professeur à la fois séducteur et méprisant, érudit et intolérant ? Ils veulent comprendre et découvrent que Caroline a eu une brève liaison avec Terrien, et plus grave encore, que leur professeur est révisionniste.

Pour recevoir des infos régulières
Inscrivez-vous à la Newsletter du BUZZ DU DIVAN, vous recevrez automatiquement, avant qu'elles ne soient sur le site, des infos régulières. Pour cela, il vous suffit de taper votre adresse e-mail dans la case ci-dessous.
Inscription Newsletter



En ce moment
Pour entrer en contact
Utilisez ce formulaire pour écrire directement à Gérard Miller