Paru dans L’Humanité, le 28 mars 2002

Françoise de Pannafieu est en guerre. En guerre pour obtenir l’investiture du RPR dans la circonscription de Bernard Pons, qui n’a manifestement pas l’air de l’accueillir à bras ouverts. Du coup, elle vient de lancer un pavé dans la vitrine de son propre parti, accusant celui-ci d’être incapable de rajeunir ses cadres pour séduire les jeunes. Au risque de relancer la polémique sur l’âge du capitaine, la députée RPR de Paris fait ses comptes : « Pons ? 75 ans. Taittinger ? 76. Gantier ? 77. » Avec ses 53 ans et en dépit de ses « 99% de cheveux blancs », elle serait, paraît-il, la moins vieille. Comment s’étonner dans ces conditions, ironise-t-elle, «  que mes propres enfants ne votent pas à droite ».

Mme de Pannafieu a visé juste. Même si l’examen comparatif des dates de naissance a quelque chose de déplaisant, l’opposition de droite a bien un problème avec les jeunes. Ils l’agacent. Elle les trouve turbulents, excessifs, immatures. Elle est en fait convaincue qu’il faut toujours leur parler comme Louis de Funès le faisait, dans ses films, à son fils : en s’énervant. Car sans le savoir, les chiraquiens s’identifient au grand acteur disparu : d’un côté, ils disent à la France : « Ma biche », de l’autre ils engueulent sa progéniture C’est ce qui les fait réagir à contretemps, chaque fois qu’ils pourraient envoyer à la jeunesse un message, je ne dirai pas compréhensif, mais simplement attentif.

Prenez l’affaire du joint, dont la droite s’est emparée ces jours-ci avec la même maladresse, sinon la même brutalité, que pour le Pacs. Elle le sait bien pourtant, la loi de 1970, qui criminalise l’usage privé de cannabis, est inappliquée et inapplicable, et on pourrait avantageusement la remplacer par une vraie loi de santé publique. Mais comme Jospin a relativisé avec raison les dangers du cannabis, elle monte au créneau. pour dénoncer une nouvelle concession au « jeunisme » ambiant. Oh, je ne dis pas que la droite déteste les jeunes. Non, mais, comme Louis de Funès, elle les préférerait quand même un peu plus vieux.